TERRORISME

Au nom du peuple, vaincre l'islamisme radical !

Sommes-nous désormais condamnés à vivre sous la menace permanente d’attentats islamistes ? Devons-nous nous faire à l’idée que notre vie, ou celle de nos proches, peut nous être arrachée à tout moment ?

Si les gouvernements précédents, dont celui de Manuel Valls, qui a clairement répondu à ces questions en demandant aux Français de « s’habituer à vivre avec le terrorisme », ont fait preuve d’une impuissance face à la menace islamiste, nous n’accepterons, nous, jamais ce fatalisme. Car se résigner à ce que notre pays soit de nouveau la cible du terrorisme islamiste constitue déjà une forme de soumission.

Depuis des années, le Front National ne cesse de tirer la sonnette d’alarme sur le risque d’attaques islamistes sur notre territoire. « Le djihadisme n’est plus une menace extérieure » avions-nous martelé dès 2012 suite aux actes criminels de Mohamed Merah et après les attentats contre Charlie Hebdo survenus en janvier 2015. Il s’agit désormais d’une menace intérieure, face à laquelle les dirigeants politiques ont la responsabilité de lutter par tous les moyens. Avec des injures, du mépris, et parfois des procès, la caste politico-médiatique affirmait que nous « jouions sur les peurs »…

Nous payons aujourd’hui le prix de décennies d’angélisme, de laxisme et d’aveuglement idéologique. L’ouverture totale des frontières s’est doublée d’une perte de pans entiers de notre souveraineté, laissant notre nation à la merci de menaces extérieures. La poursuite d’une politique folle d’immigration massive, la baisse drastique par François Fillon des moyens d’action des forces de défense et de sécurité entre 2007 et 2012, l’arrêt du programme de construction de prisons, la suppression de la « double peine », la reconnaissance par l’État d’organisations islamistes telles que l’UOIF au sein du Conseil français du culte musulman, sans parler des relations pour le moins ambiguës avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, ont favorisé la propagation de l’islamisme radical. François Hollande et son gouvernement dont ont fait partie Messieurs Macron et Hamon non plus ne sont pas en reste, ajoutant à la continuation de l’œuvre de leurs funestes prédécesseurs la responsabilité de vagues migratoires massives et incontrôlées.

Parce que terrorisme rime avec immigration, la sécurité des Français suppose d’attaquer le nœud du problème qu’est l’absence de frontières. Arrêt de l’immigration massive, rétablissement définitif de nos frontières nationales et sortie de l’espace Schengen, déchéance de nationalité pour tous les djihadistes bi-nationaux, expulsion de tous les étrangers liés à l’islamisme radical, reprise en main des quartiers où la loi des caïds et des barbus a remplacé celle de la République, fermeture des 130 mosquées extrémistes répertoriées par nos services de renseignement, dissolution de l’UOIF et de tous les groupes islamistes, telles sont les mesures que nous mettrons en œuvre pour empêcher de nouveaux attentats islamistes sur notre sol. Notre politique étrangère devra aussi être redéfinie en traçant clairement la ligne entre amis et ennemis. Enfin, il nous faudra réaffirmer avec force et fierté notre identité, pour réarmer moralement notre peuple et notre nation face aux défis auxquels elle est confrontée. Seule Marine Le Pen, soutenue par une majorité bleu marine solide, aura le courage politique nécessaire pour mener cette guerre totale à l’islamisme radical et agir au service du bien de notre peuple.