ÉCOLE

Redresser l'école pour redresser la nation !

En cherchant à faire table rase des méthodes classiques et principes qui ont fait la démonstration de leur efficacité, les gouvernements de droite comme de gauche ont mené une véritable entreprise idéologique de subversion de la vocation originelle de l’école républicaine.

De réformes en réformes sous les gouvernements du PS comme de l’ex-UMP, notre système scolaire s’est progressivement effondré, avec les mêmes effets délétères : toujours moins de transmission, toujours plus d’échec scolaire.

Alors que l’abaissement du niveau scolaire vire au désastre et prépare des générations d’incultes, la récente réforme du collège de Najat Vallaud Belkacem, qui s’est traduite par une baisse drastique du volume horaire des enseignements disciplinaires traditionnels au profit d’une interdisciplinarité toujours plus floue, la suppression des classes bilangues et des options latin et grec, n’a fait qu’enfoncer le clou ! Elle illustre de manière éclatante le véritable travail de sape de l’apprentissage des fondamentaux au profit de lubies pédagogistes.

Najat Vallaud-Belkacem n’aura fait en réalité que s’inscrire dans la droite ligne du laxisme de ses prédécesseurs du PS comme de l’UMP, dont Xavier Darcos et Luc Chatel, anciens ministres UMP de l’Éducation Nationale. Fausse alternance après fausse alternance, une nouvelle étape dans l’effacement de l’apprentissage de notre roman national, et donc de la mémoire collective des Français, a bel et bien été franchie. La refonte des programmes scolaires, rendant par exemple l’enseignement de l’histoire médiévale facultatif alors que cette période historique participe de la fondation de notre identité, témoigne de l’acharnement continu avec lequel les socialistes s’efforcent de gommer les racines de notre nation, et notamment son héritage chrétien.

Ce travail de fossoyeurs de notre Histoire est symptomatique des réflexes des élites mondialistes : sans racines ni attaches, elles refusent aux plus jeunes le droit légitime de renouer avec les liens fondant notre nation.

La réduction de l’enseignement structuré et structurant des matières fondamentales, telles que les mathématiques et le français, assortie à la disparition progressive des programmes de pans entiers de notre histoire, participe en effet d’une logique de déconstruction globale et ont porté des coups terribles à la mission fondamentale de l’Ecole.

De nombreuses études le montrent. Le niveau scolaire des jeunes Français est de plus en plus bas, le délabrement actuel de l’école de la République atteint des records. Face à quarante années de réformes contre-productives (à commencer par la loi Haby instaurant le « collège unique » en 1975), nous entendons rétablir la vocation de l’école, c’est-à-dire l’instruction. Il est urgent de reconstruire les fondations d’un système qui, jadis, a été un exemple pour le monde.

L’Ecole doit être réorientée vers ses missions premières, notamment l’apprentissage des savoirs fondamentaux : la lecture, l’écriture et le calcul. Elle doit être le premier vecteur de l’ascenseur social et être exigeante vis-à-vis de tous les élèves pour permettre la sélection des plus méritants.

À l’Assemblée nationale comme au Sénat, la majorité bleu marine enterrera donc immédiatement les incessantes manœuvres de nivellement par le bas et cessera de « médiocrifier » l’intelligence des jeunes français, forces vives de la nation. Nous rétablirons les principes essentiels au bon fonctionnement de notre système d’enseignement. Cela passera notamment par le retour au principe de la bourse au mérite et le maintien du système classique de notation dans tous les établissements scolaires.

Autorité du maître, maintien et renforcement des enseignements disciplinaires, promotion des filières d’excellence, réhabilitation véritable des voies technologiques et professionnelles, promotion de l’enseignement professionnel et technique, valorisation de l’effort et retour à la méritocratie républicaine, mise en avant de la fierté d’être Français plutôt que la repentance et le déni de notre identité , tels seront les maîtres mots de la refondation profonde de l’école qu’un gouvernement patriote devra mener soutenu par une majorité bleu marine.